Activités du Spéléo-Club de Chablis

Quelques activités, parmi tant d'autres, du Spéléo-Club de Chablis.
Pour être informé en temps réel de la publication de nouveaux articles, utilisez notre fil RSS !

Journées de Formation Continue Canyon

Article publié par L. OFFREDO le lundi 29 novembre 2021.

miniatureZoom

Après avoir été reportées à deux reprises suite aux conditions sanitaires, ces Journées de Formation Continue Canyon ont pu avoir lieu.

L'organisation était assurée par des cadres Canyonistes sur club Marnais PRASS. Qu'ils en soient remerciés.

La partie théorique s'est déroulée au gîte et nous avons pu réaliser une mise en pratique des techniques de débrayage par le bas aux falaises de Vertus.

Le temps n'était pas à la fête, dommage car la vue depuis les falaises est très belle, avec les vignobles de Champagne en contrebas.

Nous étions 20 sur ce week-end, avec un mélange d'initiateurs, de moniteurs et d'instructeurs.

L'objectif était de réactualiser nos connaissances sur la base de la 4ème version du Manuel Technique, et ce fût fort utile, car, ayant lu le manuel préalablement, j'ai pu comprendre les raisons des choix de techniques présentées.

Les 3 thèmes abordés :
Thème 1 : Actualisation techniques et pédagogiques
Thème 2 : Evolutions réglementaires / Prévention des risques
Thème 3 : Projet fédéral

Les techniques vues en détail ont été :
- Corde sortie de la vasque, récupérée et ajustée -->
- Débrayable du bas.
--> technique à travailler en binôme car elle nécessite une bonne coordination entre le haut et le bas, mais elle permet de sécuriser le dernier vis à vis des risques de frottement et aquatiques.

haut de page

Carrière souterraine du Val de Quenouil

Article publié par B. BOUCHARD le samedi 20 novembre 2021.

miniatureZoom

Nous connaissons la carrière souterraine du Val de Quenouil (St-Martin-Sur-Armaçon) de longue date, pour l'avoir topographiée et avoir topographié et désobstrué les parties naturelles que l'on y découvre : une cheminée avec un boyau qui conduit à une salle souterraine, et, au pied de la cheminée, des parties naturelles dont il a fallu élargir l'entrée pour y pénétrer.
Comme celles de Véron et de Vaudeurs, ce site est concernée par un projet d'arrêté de biotope.
Notre visite avait pour but de se remémorer les lieux et voir son état général. La cavité est propre et abritait un renard lors de notre visite, ainsi que quelques lépidoptères.

haut de page

Prospection

Article publié par B. BOUCHARD le samedi 13 novembre 2021.

miniatureZoom

En feuilletant une étude, Bruno découvre une description d'entrées de cavités sur la commune de Guillon :
« Deux entrées d'une unique cavité karstique ont également été repérées au sol au sud-est, sur la ZIP. Il s'agit d'une ouverture d'1 mètre sur 15 cm et d'une ouverture d'1 mètre sur 80 cm. [...] Les deux ouvertures des cavités karstiques identifiées permettent l'observation d'un réseau souterrain de plusieurs mètres de profondeurs. Cependant, il est impossible d'y pénétrer [...]. »
Nous décidons donc d'aller voir sur place ce vendredi. Le site en question est la colline de la Grande Craie qui a fait l'objet d'exploitation de pierres. Sur place, nous recherchons les « entrées ». La première est vite repérée. Il s'agit d'une fissure de 15 cm de large encombrée de pierres. A proximité et dans son prolongement, se trouve une autre fissure de même largeur et longue de quelques dizaines de centimètres. Nous dégageons quelques pierres pour l'élargir. En tombant, le bruit des pierres nous indique un développement en profondeur. Quelques coups de lampe nous laissent entrevoir une fissure profonde, certainement visitable en profondeur. Mais il faudra élargir l'entrée. Nous tentons une exploration à l'endoscope...
Plus loin, on trouve la seconde cavité citée. Celle-ci est déjà plus accueillante, même si un gros bloc à été posé dessus et des pierres jetées pour la reboucher. Nous attaquons la désobstruction, pas toujours confortable et parfois la tête en bas. Mais rapidement, une galerie se dégage. Geoffrey enfile sa combinaison et son baudrier et nous installons une corde par sécurité. Il descend ainsi dans la cavité jusqu'à une trémie.
Il est temps de rentrer, mais tout le monde est ravi de cette découverte. Il faudra revenir pour tenter de prolonger la zone explorée par Geoffrey, et pour désobstruer la première fissure entrevue.

haut de page

Spéléologie sous glaciaire à la Mer de Glace

Article publié par L. OFFREDO le jeudi 25 novembre 2021.

miniatureZoom

Fin septembre 2021, Jérôme, notre exilé Québécois me contacte au sujet d'un projet qui lui trotte dans la tête : venir faire de la Spéléologie sous glaciaire en France à l'automne, période la plus propice à cette activité car l'été les moulins (cavités sous glaciaire) sont arrosées par la fonte de la neige et l'hiver, il y a trop de neige en surface.

Après quelques échanges par mails, une équipe de motivés est constituée par Jérôme, Loïc, Olivier, Niko et Thierry et nous programmons une réunion via Skype pour préparer l'organisation. Le lieu pressenti est la Mer de Glace à Chamonix, mais nous regardons également d'autres lieux au cas où, en particulier le glacier du Gorner en Suisse.

Nous nous documentons auprès d'autres spéléologues rompus à cette activité afin d'avoir des informations pratiques : possibilité de bivouaquer, eau, équipement nécessaire, etc.

Après une rapide recherche, nous découvrons que le passage des « Echelles », qui permet un accès direct à au Glacier depuis la gare du Montenvers, sera fermé entre fin septembre et décembre, en plus le train à crémaillère du Montenvers s'arrêtera le 7 novembre pour maintenance, hors, il permet de monter les 900 m de dénivelé depuis Chamonix sans effort, avec nos lourds kits.

Nous ciblons donc les dates suivantes : montée vers Montenvers par le train le Samedi 6 novembre, et puis 4 jours sur place avec redescente à pied.

Les réunions de préparation s'enchaînent et les préparatifs s'affinent. Fin octobre, nous surveillons la météo sur zone, mais elle n'est pas bonne : neige sur le glacier, nous nous interrogeons sérieusement sur le maintien de cette expédition, mais la chance nous sourit car la météo s'améliore peu avant notre arrivée.

Suite à des empêchements divers, nous ne sommes plus que 3, Jérôme, Olivier et Loïc à tenter l'aventure sous la bannière du Spéléo-Club de Chablis.
Le vendredi soir, nous nous retrouvons avec Jérôme chez Niko et Delphine qui nous prêtent gentiment leur tente grand froid et des duvets pour Jérôme qui a limité le poids de ses bagages déjà conséquents.

Samedi 14H00, nos trois compères se retrouvent à Chamonix, Olivier ayant fait la route depuis Toulouse le matin même. Nous étalons le matériel collectif à prendre et nous nous le répartissons. D'ailleurs, nous avons opté pour les techniques légères : corde de 8 mm, Rad line de 6 mm apportée par Jérôme, Dyneemas, connecteurs Nano de Camp, anneaux de sangles et 6 broches à glace SCC de 21 cm + 13 broches à glace courtes apportées par Jérôme (le plus lourd de notre matériel).

Nous empruntons le train à crémaillère du Montenvers qui nous permet de gravir les plus de 900 m de dénivelé jusqu'à la gare à 1905 m, il y a encore plein de touristes et la vue sur la Mer de Glace est magnifique.

Mais il nous faut trouver un lieu de bivouac car il fait très froid et il y a environ 20 cm de neige de la semaine passée.

Nous établissons notre camp au-dessus de la gare à la coté 1953 m, sur l'emplacement utilisé par l'équipe précédente donc Olivier connais le meneur puis nous allons repérer le sentier des escaliers.

Nous croisons également deux jeunes en mode « Nus et culotés », qui traversent la France à pied et sans argent, et qui qui sont montés à pied avec l'objectif de passer une nuit en altitude, leur équipement est limité, mais chapeau les gars, ils bivouaqueront non loin de notre position.

Dimanche matin, après une nuit bien fraiche (-7°c au minimum), nous émergeons tardivement de nos tentes pour profiter du soleil matinal. Nous partons vers la mer de glace en milieu de matinée, pour découvrir ce lieu magique, rendus au pied des 500 marches et après un sentier verglacé, nous posons enfin le pied sur le glacier. Tout au long de la descente, des panneaux indiquent la hauteur du glacier à différentes périodes, 1820, 1850, 1920, et 2010 ! le glacier fond à vue d'œil, il perd environ 5 m de hauteur par an et recule de 30 m !

Nous commençons par un tour dans la grotte glacée, tunnel creusé artificiellement dans la glace avant de progresser en remontant sur le glacier. Nous arrivons bientôt en vue d'un site de bivouac en plein milieu du glacier, il s'agit d'un groupe emmené par le GUCEM, un club Grenoblois, nous les croisons et discutons un peu avec eux, ils sont là pour le week-end et doivent plier le camp pour attraper le dernier train ils nous informent des moulins intéressant de la zone.

Nous repérons un premier moulin dont les coordonnées sont les suivantes N 45.92126° E 6.92737° Z = 1790 m
Avant de descendre, nous nous entrainons à poser une broche à glace et à forer un Abalakov.

Nous nous engageons vers 15H00, l'entrée commence par un joli et confortable méandre dans la glace, avant d'arriver sur le premier puits, l'enchaînement est le suivant : Méandre, P10, petit méandre, R3, méandre, R5, R4, R8, P8, P8 puis nous arrivons sur le siphon terminal. L'équipement est très consommateur de broches aussi nous alternons avec des Abalakovs.

La première chose qui nous subjugue, ce sont les couleurs bleutées et transparentes dans la cavité ou il fais par ailleurs bien meilleur qu'à l'extérieur, la seconde chose remarquable, ce sont les formes de creusement qui sont en tout point similaires à ce que l'on retrouve dans des cavités calcaires, la mécanique de creusement semble être la même, seule la rapidité est différente en fait !

Nous ressortons vers 19H00 après avoir déséquipé la cavité, pour une première incursion sous glaciaire, c'est un franc succès.

TPSG : 4H00

Nous retournons au camp de base de nuit et remontons péniblement les marches puis le sentier jusqu'à la gare (250 m de dénivelé) avant de prendre un repas bien mérité et aller se mettre au chaud dans nos duvets pour la deuxième nuit en altitude.

Lundi, idem, nous attendons le soleil avant de nous lever, prendre notre petit déjeuner et redescendre sur le glacier pour une deuxième journée d'exploration, nous visons un second moulin situé un peu en aval du premier, dont les coordonnées sont les suivantes N 45.92264° E 6.92561° Z = 1770 m

Entrée dans la cavité par un court méandre et un passage bas avant d'arriver sur un puits qui débouche en surface avec un beau bloc posé en surface. Jérôme en profite pour équiper avec sa cordelette de 6 mm hyper statique Petzl Rad Line une belle main courante suivie d'un P6, ensuite, R3, galerie, R3, P8, P8, P6 avec une flaque au sol qu'il convient d'éviter, puis une belle galerie horizontale qui donne sur un méandre avec de l'eau au fond : équipement d'un R3 puis d'une main courante, avant d'enchaîner par un P10 qui nous amène à une vasque d'eau, cela continue probablement mais nous n'avons plus d'amarrages. Nous sommes à environ -50 m

TPSG : 4H00

Retour au camp, avec toujours les mêmes marches à gravir, mais nous commençons à nous habituer.

Mardi matin, le temps change, il y a du vent, nous descendons sur le glacier pour la troisième journée, avec pour objectif des moulins plus verticaux.
Nous en repérons un dont les coordonnées sont N 45.92123° E 6.92592° Z = 1773 m, nous préparons un beau répartiteur sur trois points, Loïc est à l'équipement, mais cela pince rapidement vers -25m donc on remonte rapidement.

Un Quatrième moulin situé à côté, coordonnées N 45.92106° E 6.92614° Z = 1773 m est rapidement équipé par Jérôme, il descend à -40 m avec 2 fractionnements, le puits est magnifique et en son sein, nous y sommes à l'abri du vent.

TPSG : 1H00

Après avoir déséquipé et être tous remontés, un vent fort et doux continue de souffler très fort de l'amont du glacier, il s'agit d'un Foehn dixit Thierry et ce vent n'est pas une bonne nouvelle car il fait fondre la neige en surface, malgré l'absence de soleil.

En ayant à l'esprit ce constat, nous enchaînons avec la Bédière, dont les coordonnées sont N 45.92011° E 6.92632° Z = 1778 m là l'environnement est très différent des précédents, car l'eau ruisselle de partout et au fond. Bon, nous nous n'éternisons pas et remontons après avoir épuisé notre équipement, mais le moulin continue. A la sortie, de nuit, on constate que la neige de surface s'est transformée en soupe !

TPSG : 2H00

Mercredi, après une nuit très venteuse mais douce (environ 2°c au bivouac) nous plions les tentes et remplissons nos lourds sacs (environ 23 kg par personne) avant de rejoindre la gare. Après être redescendus à Chamonix au parking nous nous séparons à la mi journée après un bon débriefing et avec le sentiment d'une mission réussie.
A bientôt pour de nouvelles aventure et merci à Jérôme pour son idée initiale.

Loïc

haut de page

Rencontre du Groupe d'Etude de Biospéléologie (GEB)

Article publié par B. BOUCHARD le mercredi 10 novembre 2021.

miniatureZoom

Samedi 6 : 14 participants, sous la présidence de Josiane Lips.
10 départements représentés (11, 89, 07, 13, 45, 39, 01, 69, 76, 25)
La réunion devait initialement se passer en Ardèche. Au dernier moment, elle a été organisée dans le Doubs à Montrond-le-Château.
La réunion débute par un tour de table.
En après-midi, visite du sentier karstique en passant par la grotte Maeva, avec les explications de Benoit. Puis en fin d'après-midi, Bernard Lips présente le projet d'inventaire de la faune souterraine de France, où environ 1500 espèces seront présentés.
Le groupe échange sur des plaquettes italiennes et allemande : l'animal de l'année et la vermiculation.
J. Lips présente le prix Dodelin qui récompensera le meilleur article qui paraitra dans Spéléoscope.
Un stage bio aura lieu cet hiver au trou souffleur…
Repas avec saucisses de Morteau et Mont d'or.
Dimanche 7 : 13 participants
Echanges divers, sur les araignées pour certains, avec Laurent Magne sur les travaux sur Arcy-sur-Cure, et Denis sur En Versenne.
Présentation de la base de données en ligne de la faune cavernicole en cours d'élaboration.
Retour en après-midi avec cueillette de champignons au passage.
Chouette Week-end.

haut de page